Sandwich

En 1979, le journal Libération, devant l’abondance des demandes d’insertion d’annonces gratuites dans sa rubrique “Chérie je t’aime”, décide de regrouper celles-ci dans un supplément gratuit hebdomadaire, Sandwich, encarté dans le journal du samedi.
La direction est confiée à Jean Luc Hening, directeur du service culturel du journal et à Thierry Dalby. Ils montent leur propre équipe de journalistes, rejointe par les graphistes du groupe Bazooka.
Ils associent aux petites annonces des enquêtes : Punks à Londres, Krackers à Amsterdam, “New York gay sanglant” par Guy Hocquenghem, des interviews : Roland Barthes, Margerite Duras, des textes de Jean Jacques Lebel, Rezvani ou Edouard Limonov et des illustrations de Bazooka, Willem, Erro, Combas, Monory, Bruno Richard et ESDS, Slocombe, Topor, et plus généralement la plupart des dessinateurs de B.D de l’époque. Cette ligne éditoriale décalée et la conception graphique originale va faire le succès de ce supplément au parfum légèrement scandaleux.
Sandwich va devenir l’organe des marges où se retrouveront taulards, féministes, gays, punks, laissés pour compte et solitaires. Dès le numéro 3, Roland Barthes a adoubé la “mythologie” de Sandwich dans un entretien accordé à Michel Cressole il parle d’érotisme libre et populaire, de littérature marginale et de contrebande : “Quand on parcourt les petites annonces de Libé, on a l’impression de lire vraiment une sorte de roman éclaté. C’est du roman en étoile”.
La publication de Libération est suspendue le 21 février 1981 à cause de difficultés financières et reprend le 13 Mai de la même année soutenu par une société d’investissement. Sandwich ne reparaîtra pas avec cette nouvelle version.

Affichage des produits 1–12 sur 27