iloveyouihateyou – Catalogue N°40

18,00

En stock

Présentation (extrait du catalogue)

Un strabisme mental

Il y a une vingtaine d’années, mon idée de ce que l’art peut être a été complètement ébranlée. Je regardais le film expérimental épique de Jonas Mekas de trois heures, “Walden”. Il dépeint avec poésie de brefs moments de beauté à partir de situations quotidiennes. Je me suis rapidement senti à l’aise avec le tempo assez lent de “Walden”, les mouvements de caméra à main levée et la bande-son de la voix off. Tellement que je me suis endormi au bout d’un moment. Je me suis réveillé un peu plus tard avec de nouvelles images de visages vaguement familiers, une tempête de neige à Times Square, entendre une voix lire quelque chose en français, des images d’une promenade en bateau… et je me suis assoupi à nouveau. Quand je me suis réveillé et que j’ai suivi le flux jusqu’à la fin du film, j’étais exalté. J’ai réalisé que je n’avais ressenti aucune envie de comprendre un message ou une intrigue spécifique. L’expérience était comme être dans un flux d’images et de sons ; un environnement propice qui embrassait la contemplation ainsi que le sommeil. C’était comme un strabisme mental où l’accent était mis quelque part entre les images, le son et les pensées qu’ils évoquaient. Une expérience libératrice !

J’ai eu le même sentiment lorsque j’ai vu pour la première fois l’installation « Drift » de Leah Singer et Lee Ranaldo. L’œuvre peut être décrite comme un environnement sonore/visuel immersif composé de musique, de sons et de textes de Ranaldo en réponse à deux projecteurs de films analytiques 16 mm réalisés en temps réel par Singer. À partir de 1991, « Drift » a été joué en direct dans des musées, des galeries, des salles de concert et des centres des arts du spectacle du monde entier jusqu’en 2005. À cette époque, l’œuvre est devenue un film DVD. Cette « version fixe » de quelque chose qui était en mouvement depuis tant d’années s’est avérée être un catalyseur et le point de départ d’une nouvelle œuvre : « iloveyouihateyou ». C’est l’œuvre qui a sa première en installation au Magasin 3 au printemps 2009.

Le travail de performance et les installations de Leah Singer et Lee Ranaldo combinent un flux d’images et de sons tirés de situations quotidiennes, des moments qui révèlent la beauté de l’ordinaire et transforment le banal en quelque chose d’extraordinaire. La nature poétique contemporaine de leur travail fait écho à une histoire du cinéma expérimental qui est incluse dans l’exposition avec trois œuvres plus anciennes de l’histoire du cinéma d’avant-garde américain : « Swamp » de Nancy Holt et Robert Smithson (1971), « Children’s Tapes » de Terry Fox (1974) et “City Slivers” de Gordon Matta Clark (1976). Je doute que l’exposition « iloveyouihateyou » vous fasse vous endormir. Mais si vous le faites, profitez-en !

Je tiens à remercier Leah et Lee pour les discussions généreuses sur l’art que nous avons eues et pour le bon moment à travailler ensemble pour développer l’exposition “iloveyouihateyou”.

Richard Julin, conservateur en chef au Magasin 3 Stockholm Konsthall

Poids 220 g
Dimensions 14.4 × 20.5 cm
Maison d'édition

Nombre de pages

Date

Co-édition

ISBN